Skip to content

Étape #05

Fégréac > Saint-Molf

This is Tooltip!
vendredi 17 juillet 2020
Partager

le Résumé de l'Étape

Chronos

Communes traversées

This is Tooltip!
• Assérac
• Fégréac
• Herbignac
• Missillac
• Saint-Molf
• Sévérac

Infos territoires

Chronos

Communes traversées

This is Tooltip!
• Assérac
• Fégréac
• Herbignac
• Missillac
• Saint-Molf
• Sévérac

Infos territoires

la Rencontre du Jour

Le Caradahl

Je n’avais pas du tout prévu de venir ici. Je viens de Paris mais j’ai aimé et finalement je suis restée.

Les festivals sont fermés alors je me suis adaptée et suis ici sur l’étang d’Aumée. Il y a du monde ici pour espérer faire tourner mon foodtruck.

Ici le confinement c’était génial, et puis honnêtement on ne l’a pas complètement respecté, il y avait des fêtes dans la foret.

Ici il y a ce petit truc créatif et convivial.

Le Caradahl

Foodtruckeuse

l'Image(s) du Jour

C’était trop beau

C’était trop beau. C’est ce que je me disais ce matin en me réveillant près du canal sur le site gracieusement mis à disposition par l’association de la carrière. J’allais à la rencontre du nouveau maire de Fégréac, qui m’accueillait chaleureusement. Je faisais le rendez-vous dans les murs mêmes de l’ancienne école publique, devenue mairie, la même où ma grand-mère a travaillé et où mon père est né. C’était trop beau. En sortant de la mairie, les aléas mécaniques débutent. Ceux qui me connaissent ne s’en étonneront pas. Jusqu’ici il ne m’était rien arrivé. C’était trop beau. Me voilà bloqué toute la journée à Fégréac. Immobilisé plus longtemps que prévu, je découvre autrement Fégréac.

Au café, improbable, je tombe nez à nez devant Audrey Bouvier, avec qui j’ai étudié l’architecture à Nantes. Après deux années de nomadisme, elle a posé ses valises à Fégréac peu avant le confinement et y est resté. C’était trop beau. Calme, proche de Nantes en train, dépaysant.

Tout le monde me dit d’aller passer mon temps à l’étang d’Aumée, vrai lieu de rassemblement pour les Fégréacais, mais aussi les Redonnais. Le lieu est investi par des familles, des jeunes, des centres de vacances. Sur le parking, il y a le Caradahl, une caravane foodtruck. La propriétaire n’avait pas non plus prévu de passer l’été ici. Faute de festivals, elle s’installe sur la base. Elle s’y est tout de suite bien sentie. La vie associative est intense jusqu’à Saint-Nicolas-de-Redon. Et c’était trop beau.

le Bourg du Jour

Mesquer

Je ne sais vraiment dire si j’ai traversé Mesquer, si je l’ai contourné ou si je l’ai évité. Arrivé de nuit sur cette commune de la cote d’amour, j’ai sinué entre terre et mer. Il y a des pâtures, des champs entrecoupés d’étiers et de bras d’eau salée. Parfois il y a une digue, un port, des marchands d’huîtres et encore un pont. Au loin, ce sont parfois des bateaux immobilisés sur l’estran à marée basse, où les bouchons du bassin ostréicole et mytilicole qui impriment un code barre dans le paysage. La lumière est vive et se reflète sur l’eau affleurante.

Parfois il y a des maisons historiques accolées aux toitures d’ardoise, aux murs de pierres épaissis de couches de peintures blanches et aux volets de couleurs. Parfois il y a de nouveaux pavillons qui témoignent d’une pression foncière de plus en plus forte sur le littoral départemental. Le paysage est morcelé, composé de formes architecturales disparates desquelles émergent les premiers pins parasols. Le tout s’accroche à une ligne d’horizon bleuté.

Il est difficile de saisir le bourg tant les hameaux sont nombreux, et portent des noms aux sonorités bretonnes, Fontaine Braz, Kerro, Kerroué, Quimiac, Keralmen, Kercabellec, Kerdandec, Kerguilloté, Rostu. D’autres lieux-dits grouillent d’activité en ce samedi de mi-juillet et ont des noms plus évocateurs : ce sont les campings.

Je n’ai compris n’être sorti du bourg que lorsque j’ai vu le panneau à l’entrée de Piriac et parce que les étendues des champs étaient plus importantes que les interstices arborés et les bras de mer de l’étang de Mes.

le Patrimoine du Jour

La carrière de Fégréac

À Nantes ou ailleurs quand on parle de Fégréac, parfois les yeux deviennent ronds, parfois on parle de Redon, et d’autres fois, on fait le lien avec la carrière. La carrière c’est un espace privé, appartenant à Gabriel Chauvel, paysagiste et fégréacais, cogéré par l’association des amis de la carrière. Cette semaine l’association est en pleine activité, car dans une semaine, commenceront les représentations de la pièce Halte à la carrière. Pourtant plusieurs d’entre eux se réunissent et acceptent très gentiment d’échanger avec moi.

Située aux bords du canal de Nantes à Brest, la carrière d’extraction n’est plus en activité depuis 1939, mais les machines n’ont été démontées que dans les années 1970.

Le lieu s’est endormi, la végétation a repris ses droits. Et puis, Gabriel Chauvel l’a racheté dans le cadre de son diplôme de paysagiste. Le site ne s’est pas figé, et une autre histoire se construit avec lui.

En se rapprochant, l’association locale de théâtre et le paysagiste construisent des projets artistiques autour du lieu. Ici pas de plan de carrière professionnelle ou spatiale pour préserver un patrimoine, mais une succession de rencontres artistiques qui transforment le lieu. Un metteur en scène co-construit un spectacle avec l’association et des bâtiments sont construits. Là, un hangar permet de développer des décors intérieurs et là, l’artiste Pollisky désigné, co-construit avec des bénévoles, le belvédère offrant une vue imprenable sur le lit majeur de la Vilaine. Cette année, des étudiants sont invités pour développer une halte et un pont en bois reliant directement le site au canal. Un point d’eau est mis à disposition des randonneurs. Le lieu est ouvert, et l’accès à celui-ci est gratuit. Ici le patrimoine est public et se construit en s’ancrant progressivement dans les mémoires.

Chanson du Jour

Cheroke gal

par Ko ko mo

Un clip tourné au sein même de la carrière ! Un petit air sauvage qui joue de larte povera version locale.